Chargement en cours
Ma sélection

Lot 5 - [Impératrice EUGÉNIE]. Éléonore-Hélène Bugeaud, comtesse Henry FERAY [...]

Estimation : 300 € / 400 €

résultat non communiqué

[Impératrice EUGÉNIE]. Éléonore-Hélène Bugeaud, comtesse Henry FERAY (1825-1889) fille du maréchal, épouse du général, dame du Palais près de l’Impératrice Eugénie. 2 L.A.S. et 2 L.A. (la plupart minutes), et 8 L.A.S. à elle adressées, 1854-1870 ; 29 pages in-8, quelques en-têtes Maison de l’Impératrice. Sur sa démission de sa charge de dame du Palais. [Décembre 1854]. Mme Feray écrit à la princesse d’ESSLING, Grande Maîtresse De la Maison de l’Impératrice, qu’ayant reçu de sa part les reproches de l’Impératrice, elle a essayé en vain de voir celle-ci, « non pour me disculper mais pour dissiper le nuage que la malveillance a élevé entre Sa Majesté et moi » ; avec chagrin, elle donne sa démission… 30 décembre. La princesse d’ESSLING fait savoir à Mme Feray que l’Impératrice a accepté sa démission mais l’assure de sa bienveillance… 3 janvier [1855]. Le colonel [et futur général] Émile-Félix FLEURY, aide de camp de l’Empereur, donne des conseils à Mme Feray afin que sa mère, la maréchale, soit reçue par l’Empereur pour parler de « la comédie qui a été jouée pour faire perdre à sa fille la bienveillance de l’Impératrice »… [3 janvier]. Mme Feray remet à la duchesse de BASSANO, dame d’honneur, le chiffre de l’Impératrice, qu’elle eût aimé garder comme souvenir… Samedi [6 janvier]. La duchesse de BASSANO répond : « Sa Majesté m’a dit qu’Elle était très touchée des sentiments qui vous faisait désirer de conserver ce souvenir d’Elle et qu’Elle allait vous en envoyer un autre qu’Elle espérait que vous garderiez toujours »… – Mme FERAY remercie l’Impératrice du souvenir remis par le Premier Chambellan. 8 janvier. Mme FERAY raconte à son mari « la fin de mon histoire avec la Cour », son embarras concernant le chiffre, et son hésitation à accepter de Baciocchi le bracelet offert par l’Impératrice. « J’ai répondu froidement, “je remercie Sa Majesté de ce souvenir, j’aurais préféré qu’elle me fasse dire qu’elle croyait ma parole” »… Elle est exaspérée par « cette vieille bête d’Essling » et l’enquête qu’on fait sur elle ; « c’est une trame atroce ; pauvre Impératrice !!! » Mais elle vient de recevoir une visite consolante du général de Montebello, aide de camp de l’Empereur
D’autres lettres par la baronne de MONTEBELLO, dame du palais (transmettant le remerciement de S.M. pour le don d’un tapis), la marquise de LATOUR-MAUBOURG, dame d’honneur de l’Impératrice (2, notamment sur l’arrivée de la princesse CLOTILDE de
Savoie à la Cour, 1857-1859), et la princesse de la MOSKOWA (2, condoléances sur la mort du général, et félicitations sur une faveur de l’Empereur, 1870)…

Demander plus d'information